écrire comme on chante

le matin de bonne heure avant que les voisins ne guettent

taille la haie des mots de trop

évacue le trop plein d’une nuit sans oubli

pose par terre les échos du chant des étoiles

où le coeur léger tu es allé

de ton lit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s